• La HVE a été au centre des débats du 74e congrès de la FNPF. Les producteurs de fruits français y voient une clé d’entrée sur le marché et une opportunité de communication positive.
  • « Construite avec l’État et les ONG, la HVE a une vraie légitimité et peut nous permettre de répondre aux attentes sociétales », a estimé Patrice Vulpian, coprésident lors du congrès de la FNPF.
  • Mi-2019, dix démarches collectives impliquant 3 614 arboriculteurs étaient reconnues au niveau 2 de la certification environnementale. 133 exploitations fruitières étaient certifiées HVE.
  • Et le mouvement s’est encore accéléré depuis. « La HVE est une reconnaissance des pratiques raisonnées et un levier d’évolution des pratiques », a noté Alain Tréton, de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
  • Pour les arboriculteurs, la HVE est d’abord une clé d’entrée sur le marché. En restauration collective, les fruits HVE font partie des 50 % de produits de qualité obligatoires en 2022.
  • En grande distribution, la HVE est perçue comme la 3e voie entre conventionnel et bio permettant l’accessibilité prix au « mieux manger ». « Les distributeurs sont désormais sommés d’avoir une offre vertueuse plus massive, qui seule peut entraîner le changement de modèle attendu. Toutes les enseignes s’engagent dans la HVE », a souligné Valérie Sené, pour le cabinet Valsendo.
  • Les producteurs y voient l’opportunité d’une communication positive : « Nous devons prendre en main la communication sur la HVE. Parler des arbres et du sol, montrer que nous sommes des réparateurs de la planète. Nous seuls avons la légitimité pour le faire ».

Article complet de Véronique Bargain sur reussir.fr [La HVE, une opportunité de communication positive]